Iztapalapa

Localisation

Iztapalapa est situé à l’est de Mexico. Il a une superficie de 117,5 km2 et occupe la quatrième place parmi les démarcations de la capitale en raison de son extension. Il limite au nord avec Iztacalco, à l'ouest avec Benito Juárez et Coyoacán; au sud avec Xochimilco et Tláhuac; à l'est avec les municipalités de Mexico de La Paz et Valle de Chalco Solidaridad, et au nord-est avec Nezahualcóyotl, également dans l'État de Mexico.

img/iztapalapa.png

Histoire d'Iztapalapa:




Le nom d’Iztapalapa doit son origine à l’ancienne colonie d’Iztapallapan, consolidée sous la Seigneurie au XVe siècle par les Mexicas, entre la rive sud du lac Texcoco et le versant nord de la colline Huizachtépetl, à la suite d’un pacte conclu avec les Culhuas, un peuple de la culture Teotihuacane, qui pendant la période classique mésoaméricaine (du 3ème au 7ème siècle après JC) s’était établie sur le versant sud-ouest de l'Huizachtépetl, baigné par le lac Xochimilco.

Iztapalapa signifie "l'eau sur les pierres plates", qui fait référence à la situation dans laquelle les anciens Mexicains se sont installés: moitié sur la terre ferme et moitié sur l'eau, en utilisant le système des chinampas. Le glyphe d'Iztapalapa montre cette portion de terre entourée d'eau.

Au cours de la période Mexica, Iztapalapa faisait partie d'une confédération avec les villes de Culhuacán, Mexicaltzingo et Huitzilopochco (aujourd'hui Churubusco), alliée de Tenochtitlán. Les principales activités économiques et de subsistance consistaient en une agriculture basée sur la construction de chinampas, la chasse et la pêche de diverses espèces avicoles et aquacoles et leur commercialisation dans le Canal National et le canal de la Viga.

En 1861, des municipalités ont été créées dans le District Fédéral, et Iztapalapa est devenue partie de Tlalpan. En 1906, treize municipalités ont été créées, d'entre elles Iztapalapa, qui est devenue le siège municipal des villes de San Juanico, Santa Cruz Meyehualco, Santa Martha Acatitla, Santa Maria Aztahuacan, San Lorenzo Tezonco, Iztacalco, Tlatenco et Zapotitlan. En 1929, les municipalités ont été supprimées et douze délégations ont été créées, d'entre elles Iztapalapa. Dans la récente Constitution de 2017, Iztapalapa est l'une des 16 démarcations territoriales de Mexico.

Après la révolution, Iztapalapa entame sa transformation de territoire rural en territoire urbain. Les haciendas ont disparu, les réserves d'eau et les chinampas ont été drainés et le canal de La Viga a été canalisé. Un processus d'urbanisation accéléré s'est déclenché, d'abord le long de la Calzada Ermita Iztapalapa et de l'Avenida Tláhuac, et après dans la Sierra de Santa Catarina et El Salado, à proximité de la Calzada Zaragoza, en raison des fortes migrations en provenance d'Oaxaca, Puebla, Michoacán, Guerrero, l’État de Mexico et la ville elle-même. Par conséquent, la construction de nombreuses colonies et de logements ont été lieu.

Iztapalapa occupe un des premiers lieux de Mexico en matière commerciale et industrielle. Ici il y a plus de soixante-dix mille entreprises industrielles, commerciales et de services, principalement des microentreprises et petites entreprises.

La Central de Abastos est l’un des principaux marchés du monde, le plus important d’Amérique latine, qui accueille 300 000 visiteurs par jour et effectue des opérations annuelles pour plus de huit milliards de dollars; elle abrite la Nueva Viga où 65% de la production de pêche nationale est commercialisée.

Selon le recensement de 2010, Iztapalapa est la démarcation territoriale la plus peuplée de Mexico et du pays, avec 1 815 786 habitants, ce qui explique sa grande diversité sociale, ethnique et culturelle et sa vocation naturelle à se présenter comme le pôle culturel de l'Est de Mexico.


Routes touristiques d'Iztapalapa:


Route 1. Huizachtépetl: Colline Sacrée du Feu Nouveau: Iztapalapa émerge au pied du Huizachtépetl, site emblématique pour de nombreuses raisons. Au sommet de cette montagne sacrée de nos ancêtres, il y a des vestiges du temple où est célébrée tous les 52 ans l'une des cérémonies les plus importantes de la Méso-Amérique, l’allumage du feu nouveau; un thème retrouvé dans Musée du feu nouveau et qui est capturé dans la Murale Iztapalapa: hier, aujourd'hui et toujours. Là-bas, se trouve la Propriété Foncière de la Passion, où se déroulent la crucifixion et la mort de Jésus-Christ pendant la Semaine sainte, une tradition qui rassemble plus d'un million et demi de visiteurs.



Route 2. Hier et aujourd'hui: Iztapalapa dans l'histoire: À Iztapalapa, ce qui es moderne et ce qui est ancien coexistent, son passé et son présent, l'hier et l'aujourd'hui, exprimés dans ses anciens temples vivants et enterrés comme les vestiges du centre cérémoniel préhispanique situé dans la place principale d'Iztapalapa ou le temple de l'Evangéliste Luc , construit au milieu du XVIe siècle dans la zone centrale cérémoniale, et le Sanctuaire du Seigneur de la Petite Grotte, avec des réminiscences des XVIIe, XIXe et XXe siècles, ses traditions, ses gestions, ses légendes et ses bâtiments modernes, comme le Musée des Cultures: Passion pour Iztapalapa, inaugurée en 2012.



Route 3. Culhuacán, le Quartier Magique de la Ville: Culhuacán, lieu des Culhuas (qui avec les Tepanecas ont dominé toute la vallée de Mexico), était l'école des Tlacuilos. Du mélange des envahisseurs Culhuas et Mexicas, le premier tlatoani ou grand seigneur Mexica, Acamapixtli, est né en 1367. Au XVIe siècle, un centre évangélisateur augustin fut fondé là, L’ancien couvent de Culhuacán, avec des cloîtres à deux étages et des fresques peintes par les natifs. A proximité, la première papeterie d'Amérique, du XVIe siècle, la Place Leona Vicario, où la passion et la mort du Christ sont présentées, ainsi que l'église du Calvaire du XIXe siècle, s'y trouvent. Ses habitants conservent dans leur mémoire et dans leur quotidien des traditions, des fêtes, des légendes et des pèlerinages qui offrent à leurs visiteurs une fierté légitime.



Route 4. Mémoire et culture: Vues des musées: Iztapalapa, un mélange de matériaux et de couleurs innombrables, d’argile, de pierre, de métal, de celluloïd et d’acétate, conserve la mémoire et la culture de ses musées. Ici, l'architecture, les expressions plastiques, les arts, le désir, l'identité et la modernité habitent, qui reflètent la culture d'un peuple, sa résistance, sa grandeur, ses contradictions et son harmonie, sa recherche permanente d'un monde meilleur, le Musée Tête de Juárez, un emblème du mouvement muraliste, le Musée de Transports Électriques du District Fédéral, le prélude de la mobilité humaine efficace, sûre et propre, et le Musée des Cultures : Passion pour Iztapalapa, la vision d'une ville et de son environnement social, culturel et historique. Ils sont les gardiens de la mémoire, de la créativité et des rêves de notre peuple.



Route 5. La tradition de la passion vivante à Iztapalapa: Le centre d'Iztapalapa, formé par les Huit Quartiers, conserve des biens culturels caractérisés par sa religiosité. Ses églises et ses temples érigés dans des centres cérémoniels autochtones, tels que le Temple de l'évangéliste Luc, construit sur le Tecoalli, dédié à Huitzilopochtli, représentent un patrimoine important, de même que le Haut-relief du Chemin de croix aux quartiers de San José et de La Asunción, qui reflètent les trois chutes du Christ, le Sanctuaire du Seigneur de la Petite Grotte, avec sa légende, et la peinture murale "Iztapalapa: Hier, aujourd'hui et toujours ", qui coexistent avec d'innombrables fêtes religieuses, sur lesquelles la représentation de la Semaine Sainte est soulignée. Elle est reconnue dans le monde entier et a été déclarée patrimoine culturel immatériel du Mexique en 2012.



Route 6. De la mer à votre palais, la Nueva Viga d'Iztapalapa: La moitié d'Iztapalapa s'est installée sur la terre ferme et l'autre moitié sur l'eau avec le système de chinampas, qui produisait toutes sortes de légumes. La chasse au canard et la pêche ancestrale, exprimées dans sa riche culture gastronomique, subsistent encore dans la mémoire collective. Depuis lors, la nourriture est fournie par divers mécanismes: le Tianguis de Tlatelolco, le Parián, le marché de la Merced. Aujourd'hui, la Central de Abasto et la Nueva Viga, le plus grand marché de poisson et de fruits de mer d'Amérique latine, remplissent ce rôle central à Mexico, dans le cadre de l'histoire de cette ville exprimée dans le murale "Iztapalapa: Hier, aujourd'hui et toujours ", dans la Place Principale d'Iztapalapa et le Temple de l'évangéliste Luc, construits sur un centre cérémonial dédié à Huiztzilopochtli.

Iztapalapa Galerie de Photos



Mairie d'Iztapalapa

La Maire d'Iztapalapa est un organe politique-administratif, intégré par un maire ou une mairesse et un conseil, élus au suffrage universel, libre, secret et direct pour une période de trois ans. La mairie est dotée avec de la personnalité juridique et d'une autonomie en ce qui concerne son administration et l'exercice de son budget. Le maire fait partie de l'administration publique de Mexico. L’une des principales raisons pour lesquelles cette mairie préside la tenue de la 19e Conférence de l’OIDP tient au fait que ses objectifs s’alignent sur les priorités de l’OIDP, parce que elle veut transformer Iztapalapa en un lieu où les droits de tous ses habitants sont respectés, tout comme les formes d'organisation et de manifestation inclusives et ouvertes à toutes les initiatives citoyennes, en cherchant à faire d'Iztapalapa une ville participative dotée de tous les droits, une référence mondiale pour la démocratie participative au niveau local.

La mairesse d'Iztapalapa est Clara Marina Brugada Molina, une reconnue politicienne mexicaine. Elle a été une militante sociale, législatrice et fonctionnaire. Elle a dirigé Iztapalapa en tant que chef de délégation (2009-2012) et est actuellement, elle est la première mairesse d'Iztapalapa (2018-2021).

Elle est une économiste diplômée de l'UAM-Iztapalapa. Elle a travaillé depuis très jeune pour la transformation d'Iztapalapa. Elle a organisé le premier plébiscite de citoyens pour la démocratie dans la ville.

Clara Brugada a été le moteur de la libre organisation des citoyens et de l'impact public des organisations de la société civile. Elle était une législatrice fédérale et locale, où elle a promu des initiatives juridiques visant à élargir et à garantir les droits sociaux des Mexicains.

Elle était députée et vice-présidente de l'Assemblée constituante de Mexico. Depuis là, elle a propulsé un vaste agenda de droits sociaux, le renforcement des mairies comme un ordre de gouvernement de Mexico et le Droit humain à l'eau.


Organisateurs

Collaborateurs